Retour au naturel

Intégrer le monde naturel en tant que partenaire 

Sara Kesserwany

Retour au naturel

Intégrer le monde naturel en tant que partenaire

 

Les témoignages au Québec et plus particulièrement à la ville de Rigaud, en lien avec l’exposition aux inondations, démontrent le sentiment d’insécurité et de stress que la population vieillissante subit chaque année. Les habitants des zones inondables souffrent d’un état d’alerte constant, qui se traduit par de l’insomnie fréquente, de la nervosité et une irritabilité accrue (Gosselin,LaPresse) . En fait, pas moins de 59% des adultes québécois affirment ressentir de l’écoanxiété, et le quart d’entre eux disent que ce sentiment a augmenté dans la dernière année. (Menard, 24heures).

 

L’écoanxiété est une réalité quotidienne qui peut facilement devenir inquiétante et même envahissante.

 

Comment l’architecture peut-elle nous sensibiliser aux changements climatiques tout en offrant un milieu qui favorise le bien-être collectif?

 

L’architecture régénérative : la sensibilisation aux changements climatiques

Le projet intitulé Retour au Naturel repose sur le principe de l’architecture régénérative. Cette architecture est conçue pour être en symbiose avec son environnement et contribuer à la restauration et à l’enrichissement des milieux dans lesquels elle s’insère, tant au niveau des écosystèmes que des communautés humaines et de l’économie. L’architecture régénérative devient la pratique qui engage le monde naturel en tant que générateur de l’architecture. Elle ne s’agit donc pas d’un objet architectural isolé, mais bien d’une architecture qui répond et qui utilise les éléments vivants existant sur un site et qui deviennent les « éléments constructifs » de l’architecture.

 

L’architecture biophilique : une thérapie

L’architecture biophilique joue un rôle sur l’humeur, réduit le niveau de stress et augmente davantage la productivité et le positivisme. La présence de la nature, de la lumière naturelle et de matériaux locaux permet de concevoir un projet en symbiose avec son environnement et qui permet ainsi de promouvoir le bien-être psychologique, physique et environnemental.

 

Le pavillon d’intégration thérapeutique

Placé au site de l’ancienne gare, au centre de Rigaud, le pavillon d’intégration thérapeutique le monde naturel au sein du pavillon pour que celle-ci se fond dans le paysage. Cela se traduit par une topographie qui se soulève et qui rejoint la toiture verte du pavillon donnant l’impression que le pavillon est en continuation avec son environnement. Par ailleurs, la conception est inspirée de la nature : des murs courbes en gabion viennent délimiter les espaces, l’utilisation du bois est mise à l’avant et l’apport de lumière naturelle et de la végétation permet de concevoir un espace biophilique.

 

Pour ce qui est du programme, le pavillon offre cinq espaces thérapeutiques : l’atrium central pour la thérapie de groupe, les ateliers d’horticulture pour la thérapie horticole, l’espace zen pour la thérapie méditative, l’aménagement paysager pour la sylvothérapie et finalement la toiture transformée en parc pour la thérapie sensorielle.


Pour conclure, le pavillon d’intégration d’horticulture se veut un exemple d’architecture de bien-être permettant aux visiteurs de façonner leurs décisions, attitudes et comportements afin de mieux se sentir et d’établir une relation positive avec l’environnement naturel.