La réaffirmation identitaire des résidents de St-Henri se passe par l’établissement d’un programme unique, l’utilisation de l’enveloppe extérieur pour diffuser l’esprit créatif du quartier et l’appropriation malléable des espaces. Avec l’intention de créer un nouvel ancrage, ce centre d’art populaire devient ainsi un lieu d’appartenance qui engage les usagers à se former, à créer et à échanger pour ainsi se définir et s’épanouir. L’architecture est utilisée au service des gens de la communauté et leur offre une vitrine pour s’exprimer et s’exposer. Ce projet se place ainsi au sein de la juxtaposition entre l’ancien et le contemporain et le passé et l’avenir des citoyens où le bâtiment devient, au-delà d’une simple maison de la culture, plutôt une maison pour le quartier!

 CÉLINE TAING 

Une maison pour le quatier

Avoir un lieu d'expression pour mieux appartenir 

Avec l'appui de la Chaire Fayolle-Magil Construction en architecture, bâtiment et durabilité - Université de Montréal

© 2017 - 2020 par les étudiants de l'atelier en Éthiques et pratiques du projet d'architecture