La monoparentalité marginalisé

Franchir les étapes pour une vie meilleure 

 ROSE-MARIE SIMARD 

Comme le dit le terme «maison de transition», ce type de logement est temporaire et sert de transition. C’est un lieu de passage où les jeunes femmes entrent en cherchant de l’aide, apprennent à devenir responsable et à vivre en société pour devenir de bonne mère et en ressortir forte et autonome. À mesure que l’enfant grandi, la mère chemine. Le déménagement réel et progressif permet de marquer la croissance, la progression d’une étape à une autre. La mère et l’enfant franchissent ainsi les seuils vers une vie meilleure. C’est la succession d’espaces qui marque leur progression de la dépendance à l’autonomie, de la précarité à la liberté.

Avec l'appui de la Chaire Fayolle-Magil Construction en architecture, bâtiment et durabilité - Université de Montréal

© 2017 - 2020 par les étudiants de l'atelier en Éthiques et pratiques du projet d'architecture