Temporalité intergénérationnelle

Coopérative d'habitation intergénérationnelle : répondre à la problématique de l'isolement

Philippe Gagnon

Autrefois, Rigaud était une ville vivante d’activités prenant place dans son noyau villageois, qui longeait la rivière Rigaud. L’arrivée de la voiture déplaça le centre d’activité le long de l’autoroute et le centre villageois se retrouve aujourd’hui sans réelle vie sociale. La population vieillissante, les inondations répétitives et le manque de vie collective rendent la population vulnérable à l’isolement sociale. La pandémie n’aidant en rien à une vie sociale adéquate, une opportunité s’installe, soit celle de changer de mode de vie pour éliminer l’isolement.   

 

Pour encourager la vie collective dans le centre villageois de Rigaud, il faut l’habiter. La solution aux enjeux commence par l’implantation d’une coopérative d’habitations pour revitaliser un secteur plus vulnérable du centre de la ville. Temporalité intergénérationnelle met de l’avant l’idée d’un partage social entre les générations. Les statistiques sont percutantes. C’est 12% des personnes âgées de 65 ans et plus qui vivent de l’isolement et 46% des parents qui sont très préoccupés par la solitude ou l’isolement de leurs enfants. L’isolement, soit par définition : « vivre avec peu de contacts et des contacts de faible qualité avec les autres », touche donc toutes les générations. 

 

Partager son quotidien est le commun qui requiert le moins d’efforts pour le plus d’effets. À chaque étape de notre vie on se retrouve avec des niveaux de temps libre très différents. Qu’on en manque ou qu’on en ait trop, les deux situations peuvent devenir problématiques socialement. Vivre ensemble permet de partager notre temps entre nos différentes générations pour équilibrer nos temps libres. De plus, notre monde individualiste ne peut continuer de supporter toute la production nécessaire à notre avidité. C’est pourquoi créer des communs intergénérationnels est l’une des solutions aux changements climatiques et a pour effet de protéger et de s‘harmoniser avec le naturel, tout en stimulant les relations. 

 

L’intégration de plusieurs générations dans une habitation est bénéfique pour ses résidents lorsque les espaces communiquent. L’habitation bi-générationnelle est la forme d’habitation intergénérationnelle la plus populaire au Québec, et c’est pourquoi elle est le point de départ. L’habitation se traduit donc par quatre appartements familiaux où pour chacun d’entre eux, deux appartements y sont attachés. Ces espaces sont imbriqués sur trois étages et reliés par une cuisine, une salle à manger et des espaces de séjour communs. Les séjours ont des thématiques différentes, tel que la musique, le jeu ou autres, pour encourager les relations entre les résidents. Sur le site, on compte deux de ces modèles qui font 36m de long par 15m de large pour un total de 24 appartements. 

 

Pour réellement intégrer le partage et la socialisation dans le quotidien, le deuxième endroit où l’on passe le plus de temps autre que chez soi est au travail. La pandémie a ouvert la porte au travail à distance et plusieurs familles ont bénéficié de ses avantages. C’est pourquoi Temporalité intergénérationnelle intègre un local de co-working qui communique avec une garderie alternative gérée par les personnes âgées. Cet espace est la porte d’entrée pour la population de Rigaud, qui est invitée à louer un espace de travail et profiter de la garderie. Un espace de jeux extérieurs et un café sont aussi offerts à tous les rigaudiens. 

 

Le programme permet l’échange entre chaque génération, ce qui tend à vaincre l’isolement social par l’architecture. Chaque espace est défini pour encourager l’entraide, le partage de ressources et l’engagement envers les autres.