PÔLE GARDERIE

Toit et Moi

Merit Shokry

LE MONDE DES ENFANTS : UNE INVITATION AUX AÎNÉS

La crise de l’isolement social individuel et communautaire affecte plusieurs groupes sociaux à Mercier-Ouest. Cet isolement disperse non seulement les habitants de leur sentiment d'appartenance, mais crée une frontière entre les générations : les enfants, adultes et aînés du quartier. Selon un recensement en 2016, le profil du quartier démontre que 44.5% des ménages sont composés d'une personne vivant seule. Dans un contexte démographique tel que celui-ci, il y a questionnement sur le rapport entre les générations, notamment la dynamique des échanges entre ceux-ci et l'équité intergénérationnelle. Dans le but de bonifier les interactions de la communauté, le partage, l'échange et le respect constituent des moyens intéressants de lutte contre l’isolement. Toit et moi est un complexe où aînés, adultes et jeunes vivent non seulement ensemble, mais se complémentent et bénéficient les uns des autres.

 

L’architecture pour enfants est le lieu de rencontre entre l’imaginaire de l’enfant et celui de l’architecte. Et si un aîné et un jeune partagent cet espace tout en répondant à leurs besoins sociaux, psychologiques et physiques? L’espace se divise en deux zones: les espaces définis et partagés. Le partage et la rencontre avec les personnes âgées se font à travers les activités musicales, sportives, thérapeutiques et éducatives. Un jardin quatre saisons circulaire prend forme à l’interface du marché et la garderie pour encourager le transfert de connaissance. L’aile de partage invite les aînés à enseigner des ateliers de tricots, de peintures et de jeu d’échecs. Le coin lecture propose un aménagement en gradin pour le groupe et des coquilles de lecture pour se perdre dans les rêveries du livre. À l'heure du dîner, les jeunes et aînés se réunissent autour d’une table qui boucle le cycle de la vie. Une réflexion sur ce qu’est un milieu de vie (et plus précisément une garderie) adapté aux besoins des poupons et des enfants constitue aussi le coeur de ce projet. La conception de l’espace architecturale est fondée sur les archétypes suivant: le nid, le coin, la cave, le grenier et le rond. L’architecture de la perception spatiale, le jeu et

la stimulation sensorielle sont fondés sur l’imbrication de cinq cylindres. Les formes insolites en plan sont fondées sur la complétude du cercle qui génère un mouvement dynamique qui réinterroge la rigidité traditionnelle de la garderie.

 

Les besoins de mouvement et stimulation versus celui de repos et concentration sont aussi contradictoires, mais complémentaires. Les jeunes ont donc un espace intime : leur nid. Espace de repos, de tranquillité où l’enfant reçoit le sentiment du refuge, se resserre sur soi-même, se blottit, se cache. Le jeu est aussi une activité sérieuse pour l’enfant, il vit selon sa propre logique et ses propres repères : ceux de son imaginaire. Par conséquent, autour des nids ronds, l’enfant se perd dans un imaginaire ou la rondeur des murs devient plus qu’un simple support. Des passerelles, des coquilles, des cachettes en hauteur caressent leur désir de s’évader dans la rêverie. L’aîné observe attentivement la légèreté de l’enfant à se transposer dans un univers dans laquelle il avait tant vécu et désire ressusciter. Voilà qu'on se tient tout entier dans la rondeur de l'être, cette composition architecturale ludique, un assemblage complexe de cercles qui s’épousent au coeur d’un autre cercle, on trouve l’enfant et l’aîné à être son noyau.

 

Pour conclure, le projet thèse vise à étudier et élaborer des espaces interrelationnels entre différents groupes d'âge à travers une résidence multigénérationnelle pour les aînés, un marché et bibliothèque pour les adultes et un centre de la petite enfance pour les jeunes pour contrer l'isolement individuel et communautaire. La maison des jeunes invite l’aîné à s’infiltrer dans l’univers des petits, un bijou thérapeutique pour tous. Ceux-ci se comblent en répondant à leurs besoins sociaux, psychologiques et physiques. Les enfants du quartier découvrent avec émerveillement ce surprenant bâtiment circulaire, spécialement conçu pour eux, dont ils ont fait leur deuxième maison. Comment alors deux générations, qui se trouvent à des stades opposés de la vie aux valeurs et aux aspirations différentes, peuvent apprendre à se connaitre et vivre ensemble dans une société qui se transforme rapidement? Il est important pour notre société de se supporter puisque nous roulons tous sur le même chemin de la vie, une aventure qui peut certainement être partagée sous le même toit.

1/27

Avec l'appui de la Chaire Fayolle-Magil Construction en architecture, bâtiment et durabilité - Université de Montréal

© 2017 - 2020 par les étudiants de l'atelier en Éthiques et pratiques du projet d'architecture