Retour au perron

Conversion de l'église Sainte-Madeleine-de-Rigaud en commun 

comme vecteur d'attachement

Marie-Claude Chouinard

La ville de Rigaud, comme plusieurs villes au Québec, est frappée d’importantes inondations année après année.

 

Le point de départ du projet a commencé avec la question de l’attachement au territoire, pourquoi les citoyen.nes en zone inondables décident et persistent-ils à habiter ces endroits inondation après inondation ? Ce qui est ressortie de ses recherche et sur quoi la prémisse du projet est basée est que le lien d’attachement ne vient pas uniquement du lieu, mais bien de la manière d’y vivre. Les communs, les liens sociaux et les lieux d’opportunité ont beaucoup plus d’impact que le territoire en soit.

Les communs comme vecteur d’attachement.

 

Le projet permet la concentration et la valorisation de l’action communautaire et artistique de Rigaud, en un même lieu, renforçant ainsi le sentiment d’appartenance, et l’attachement entre citoyen.nes.

 

L’église Ste-Madeleine-de-Rigaud fait face à un taux de vacances inégalées avec la baisse de fidèle année après année. L’église revêt encore une charge symbolique importante pour la ville et peut redevenir un point centre pour la vie communautaire, sociale et culturelle de Rigaud en réactivant les qualités du lieu avec les mœurs et les besoins d’aujourd’hui.

 

Ayant comme intension de lier la communauté à son milieu par un sens d’appartenance communautaire, il n’est que logique que ce lieu soit encré à son milieu et facile d’accès pour tous les habitants de Rigaud en étant le point central de la ville.

 

Les façades d’une église peuvent sembler rigides et laissent envisager un intérieur de la sorte. Pourtant, c’est par sa flexibilité interne que l’église répond aux besoins en constants changements des rigaudiens. Le tout s’articule autour de nœuds communautaires à vocation définie et par des espaces interstitiels qui agissent comme troisième lieu artistique. Ces nœuds sont adaptables dans l’espace et le temps.

 

Le projet se veut un moyen de recentraliser l’attachement au territoire au terme de la collectivité, un sentiment d’appartenance à la ville de Rigaud, contrairement à l’attachement face à son terrain individuel, le projet comme catalyseur de lien commun.