Vivre avec l'eau Habiter différemment

Habitations écologiques et flottantes à Rigaud 

Krystel Aspirot

Le réchauffement climatique

L’inondation est l’un des principaux risques naturels causant le plus de dégâts dans le monde. Le sud du Québec se réchauffe 2x plus vite que la planète et le nord du Québec 3x plus vite. Les inondations et les pluies diluviennes risquent de toucher plus de 60 000 Québécois chaque année d’ici 2030.

 

La rivière Outaouais comme lieu de vie

La ville de Rigaud n’échappe pas à cette réalité. Plus de 400 résidences ont été inondées en 2017 et en 2019. Alors, comment habiter le territoire de Rigaud ? Il s’agit ici d’une opportunité de réaliser un projet qui pourrait à la fois faire valoir le paysage naturel tout en ayant une vocation éducative et préventive face aux inondations. Faire flotter les habitations sur une fine partie des berges permettrait de conserver les bâtiments institutionnels, commerciaux et industriels sur la terre ferme. Le projet s’organise sous une ligne de temps suivant une vocation programmatique particulière.

 

Aujourd’hui, on trouverait 5 maisons individuelles flottantes près du parc de la Pointe Seguin où se trouve la seule rampe de mise à l’eau de Rigaud. Ces habitations serviraient de prototype d’habitation et seraient en location pour les touristes.

 

En période d’inondations, ces logis flottants seraient dédiés aux sinistrés et agiraient comme abris d’urgence.

 

Dans le futur, soit hypothétiquement en 2080, on pourrait s’imaginer un village flottant. Le projet se tournerait vers une vocation communautaire et adaptée aux changements climatiques.

 

Une nouvelle façon d’habiter

La collectivité flottante se développe sous 3 modèles d’habitations. On y trouve les 5 maisons individuelles auparavant situées à la Pointe-Seguin, des maisons partagées où l’on peut loger jusqu’à 8 personnes et finalement un modèle de maison commune pouvant accueillir jusqu’à 24 personnes.

 

Le concept de maison commune est plutôt simple, chacune des pièces de la maison est séparée et vient s’imbriquer sur le quai. Le quai se transforme en circulation principale où des blocs de vie viennent s’y ajouter. Un bloc pour les familles, un bloc pour les couples ou personnes vivant seules, une cuisine, et une serre.

 

On trouve aussi des espaces partagés sur la collectivité flottante ; un bâtiment commun composé d’une grande salle à manger et une buanderie. Un large quai principal se trouve au centre du village flottant et assure la liaison avec la terre ferme. Sur celui-ci on trouve des espaces couverts pouvant accueillir les marchands agricoles de Rigaud.

 

L’architecture s’inspire de son territoire, une architecture vernaculaire et des matériaux biosourcés sont mis de l’avant afin de favoriser une économie circulaire. Chacun des bâtiments possède une isolation supérieure et grâce à un système mécanique intelligent, ceux-ci sont connectés entre eux via les quais de circulation et ont la possibilité de se partager l’énergie.

 

La collaboration comme catalyseur de l’expérience humaine

Habitat participatif, équilibre entre vies privées et vies en communauté sont les termes adaptés à la société de demain. La cohabitation permet aux personnes de partager un mode de vie écologique et communautaire à moindre coût. L’architecture est réfléchie pour favoriser les échanges entre voisins et les divers groupes d’âge.

 

L’urbanisation de demain

La terre est composée à 70% d’eau. Les catastrophes naturelles et la population mondiale se multiplient. Est-il temps d’explorer la possibilité d’utiliser les plans d’eaux comme terrain pour les habitations ?