UN PÔLE DE PARTAGE

Les Habitations le Domaine

Karl Lessard

Un pôle de partage en réponse à la défavorisation matérielle et sociale de la population du quartier Longue-Pointe, dans l’est de Montréal 

Miser sur une stratégie de réhabilitation des Habitations le domaine, pour densifier et introduire de nouveaux services communautaires dans un vaste complexe de logements sociaux construit dans les années 60’. 

Le 22 août 2020… est la date à laquelle la consommation des ressources naturelles a atteint un niveau qui dépasse les capacités régénératrices de notre planète1. L’obsolescence programmée, ainsi que la surconsommation et le gaspillage, accentuent ce phénomène d’épuisement insoutenable ! Nos modes de vie doivent être repensés pour ne pas compromettre les ressources des générations à venir et en permettre une répartition plus équitable. 

Construits à la fin des années 50, les Habitations le domaine est un vaste parc de logements sociaux qui comprend 111 immeubles, dont 726 logements abordables, répartis sur un terrain d’environ 10 hectares. L’organisme Gérer son quartier (G.S.Q.) l’a acquis en 2017 avec l’objectif de protéger et d’améliorer l’état du logement abordable dans ce secteur2. D’importantes sommes (13M.) sont prévues dans les dix premières années pour effectuer une rénovation progressive des logements et pour améliorer la qualité de vie des résidents. 

L’élaboration d’une vision à long terme permettrait d’optimiser ces investissements dans une perspective de développement durable. En souscrivant aux principes du Transit Oriented Development (TOD) et ceux de l’économie de partage, ils pourraient créer des opportunités culturelles et sociales, en plus de générer des bienfaits économiques et environnementaux. La densification du site ainsi que l’implantation de pôles de services communautaires permettraient ainsi d’atteindre les objectifs de G.S.Q., conjointement à la rénovation inéluctable du cadre bâti existant. 

SECTEUR À DENSIFIER ET À VALORISER 

Étant situé à une distance de marche de plusieurs établissements scolaires, d’un centre commercial et de noeuds de transport collectifs structurants, le site cadre avec les visions gouvernementales qui sont favorables à la densification et la diversification des usages (Plan d’urbanisme et PMAD). Construit à une époque où le paradigme du tout-à-l ’auto prédominait, on y retrouve d’importantes surfaces non construites consacrées à ce type de circulation. Elles fragmentent le cadre bâti au détriment de la convivialité des mobilités actives et de la qualité de l’environnement. Néanmoins, elles représentent la clé de la réhabilitation des Habitations le domaine. 

UNE POPULATION DÉFAVORISÉE MATÉRIELLEMENT ET SOCIALEMENT 

Les locataires des Habitations le domaine se distinguent en deux catégories. D’une part, on retrouve une proportion importante de personnes âgées qui occupent leur logement depuis longtemps. On retrouve par conséquent de nombreux ainés vivant seuls. D’autre part, G.S.Q. souhaite accueillir une nouvelle population en misant sur les familles et les enfants3. La dichotomie entre ces deux tranches de population est exacerbée par l’absence d’espace d’interaction et d’entraide, à la fois intérieur et extérieur. Ce manque d’opportunité de socialisation renforcit l’isolement intrinsèque des populations âgées et des familles en situation de précarité financière et/ou d’immigration récente. 

DES PÔLES AU SERVICE DE LA COMMUNAUTÉ 

Suivant une vision concertée, trois pôles de services communautaires seront implantés sur des sites de stationnement répartis sur le territoire des Habitations le domaine. Ceux-ci ont pour objectif le développement d’une collectivité par des interactions multigénérationnelles et multiculturelles. Chacun misera sur la valorisation, la transformation et la création de ressources pour le quartier. 

Le programme du pôle de partage comprendra une buanderie collective pour répondre à l’absence de ce type de service dans plusieurs logements ainsi qu’à la charge financière qu’il représente pour un bon nombre de ménages. Dans un second bâtiment, au sud du premier, se trouvera un Fab-Lab communautaire comprenant divers usages complémentaires tels qu’un atelier de fabrication, un atelier numérique, un centre d’outillage et de récupération de matériaux, des salles de travail, etc. visant à promouvoir une économie de partage bienfaisante. Ces espaces de fabrication, de création et de réparation, en plus de mettre en commun des savoirs et des équipements de qualité, deviendront des lieux de formation et d’entraide collective. 

AMÉLIORER ET BONIFIER L’OFFRE EN LOGEMENT SOCIAL 

Profitant du réaménagement de deux sites de stationnement longeant une ruelle verte en friche et la rue Granby, le pôle de partage sera l’opportunité de réhabiliter une barre d’habitation existante et d’y ajouter des unités locatives. L’ensemble des logements du pôle seront agrémentés de généreux espaces extérieurs privés, jusqu’alors limités à de petits balcons sur rue. Ces nouveaux espaces de vie seront situés du côté sud, en lien avec les cuisines des logements, et feront partie d’un réseau de coursives. Cet élément viendra non seulement introduire une accessibilité universelle dans l’ensemble du projet, mais il permettra également le réaménagement subséquent des logements existants, en redistribuant l’espace occupé par la deuxième cage d’escalier intérieur qui ne sera plus requise. 

 

UNE ARCHITECTURE ACCESSIBLE 

Formellement, ce projet propose la construction de deux bâtiments de quatre étages érigés en mitoyenneté avec une barre d’habitation composée de deux immeubles de huit logements, sur lesquels un étage résidentiel sera ajouté. Les premiers étages de ces nouvelles constructions seront destinés à des usages communautaires alors que les étages supérieurs seront occupés par de nouveaux logements traversants, de plusieurs chambres, adaptés aux ménages ciblés par G.S.Q. 

L’expression architecturale des étages non résidentiels se veut distincte des étages supérieurs. D’une part, les rez-de-chaussée des deux immeubles seront réduits de sorte à créer des allées couvertes. Celles-ci renforceront les liens entre la rue Granby et la ruelle verte de Repentigny qui seront réaménagés afin de multiplier les parcours piétons conviviaux et sécuritaires. D’autre part, les façades sur rue, sur ruelle et sur les allées couvertes seront très fenestrées afin de dévoiler la nature des usages qui s’y offrent. Quant aux étages résidentiels, un caractère plus sobre et harmonieux du cadre bâti existant est préconisé. 

 

PARTAGER POUR L’AVENIR 

Misant sur la collaboration et l’implication citoyenne, ce nouveau pôle de service vise à devenir un lieu de rencontre et d’échange, où les moyens seront mis en commun pour stimuler le développement de nouvelles compétences et l’autonomie de populations démunies. En plus de réduire la consommation globale, cette vision du partage communautaire accroit les opportunités d’interactions sociales et développe une sensibilité envers la qualité des biens et de la matière. 

1/38