PÔLE PRODUCTION

Les Habitations le Domaine

Isabelle Tarta

Face au constat de désert alimentaire de Mercier-Ouest et aux désirs de la population de trouver des solutions communautaires et innovantes, la mission du pôle Production est d’induire l’autonomie alimentaire des 726 foyers des Habitations le Domaine, tout en favorisant la réhabilitation de l’existant, la création de lieux de rassemblement et le développement d’un milieu de vie.

 

Le pôle de production propose un nouveau mode vie qui s’appuie sur la théorie de mutualisation d’Elinor Ostrom. La mutualisation implique la nécessité de partager des services et de biens communs afin de faire prospérer socialement une communauté. Le projet s’inscrit dans cette forme de communautarisme, où il y a la production, la transformation et le partage de ressources alimentaires pour répondre aux besoins de la communauté des Habitations Le Domaine. La mise en place de l’autonomie alimentaire du secteur permet de tisser des liens entre les différents individus en favorisant l’implication citoyenne et l’appropriation des lieux de rassemblement.

 

Au lieu de proposer un simple édifice pour pallier ces enjeux, le projet propose un système de valeurs orienté autour de la culture vivante. La culture vivante est définie par une économie circulaire et par un bâtiment évolutif, vivant et communautaire. Le pôle propose la production de produits alimentaires frais et artisanaux grâce à l’agriculture urbaine, l’horticulture et l’apiculture. Par une agriculture intégrée au bâtiment, le projet permet l’autonomie alimentaire tout au long de l’année.

 

Le passage entre le terrain de l’école primaire Louis-Dupire et les Habitations Le domaine, est au centre du projet en devenant la porte d’entrée ouest sur Le Domaine. Les usagers sont invités à emprunter un paysage surréel et tempéré au travers des jardins de murs fruitiers. Les murs fruitiers sont construits en maçonnerie avec les briques récupérées, suite aux constructions des trois pôles. Chaque brique est posée par un des membres de la communauté, ce qui renforce le sentiment d’appartenance.

 

La coopérative d’habitations permet d’assurer le maintien des activités de production, où chacun contribue selon ses capacités. Elle offre des logements destinés à la colocation de personnes âgées et d’étudiants, visant l’entraide et la mixité intergénérationnelle. Le dédale de coursives des habitations permet une accessibilité universelle et des occasions de rencontres. L’ajout de ces coursives au cadre bâti actuel devient une opportunité de réhabilitation des façades, de réaménagement des plans et d’agrandissement des espaces de vie. 

 

Ainsi, le pôle Production vient répondre aux désirs d’aménagement et d’agriculture urbaine et aux besoins communautaires. Le projet permet de développer le milieu de vie actuel en proposant une nouvelle façon de vivre en communauté par l’autonomie alimentaire, des actions collectives et le partage de biens communs et immatériels.

1/45

Avec l'appui de la Chaire Fayolle-Magil Construction en architecture, bâtiment et durabilité - Université de Montréal

© 2017 - 2020 par les étudiants de l'atelier en Éthiques et pratiques du projet d'architecture