L'éponge villageoise

La revitalisation du centre-ville de Rigaud à travers

l'accessibilité alimentaire

Chloé Bossé

Depuis l’arrivée de l’automobile, la ville de Rigaud se divise et se développe en s’éloignant de son centre-ville. Il y a de nombreux changements dans les habitudes de consommation résultant au chamboulement de l’expérience d’achat des consommateurs. Les commerces essentiels se déplacent aux abords de l’autoroute 40 laissant en son centre des services plutôt occasionnels. Les liens et les contacts entre les Rigaudiens et les Rigaudiennes sont perdus au détriment de l’automobile laissant de côté l’identité du cœur villageois. Comment retrouver ce sentiment de communauté et de partage au sein du centre-ville?        

 

Rigaud se caractérise par son secteur agricole qui couvre une grande partie du territoire.  Toutefois, cette richesse est peu développée au sein du centre-ville. Malgré ce grand secteur agricole, plusieurs se retrouvent en situation d’insécurité alimentaire. « Pas moins de 35,5 millions de tonnes métriques de nourriture sont jetées ou gaspillées chaque année au Canada, selon l'organisation Second Harvest, qui estime que c'est l'équivalent de 58 % de toute la nourriture produite au pays. »[1] Pendant ce temps, une famille canadienne sur sept a du mal à mettre de la nourriture sur la table. « En 2019, Statistique Canada a constaté qu’environ 1,2 million de ménages au Canada étaient en situation d’insécurité alimentaire. »[2]


Le site sélectionné se trouve au centre-ville de Rigaud plus précisément sur une partie du stationnement à proximité de l’hôtel de ville. Le terrain se trouve à la limite des terrains inondés lors des inondations de 2017 et de 2019. La revivification du cœur villageois se compose ainsi d’une programmation publique et mixte permettant les échanges, le partage et la participation citoyenne. Il s’agit de proposer un centre de l’alimentation sous forme de coopérative alimentaire afin d’encourager les Rigaudiens et Rigaudiennes à vivre et consommer de manière responsable en fonction des saisons et du contexte local. Construite sur pilotis, une grande place publique faisant face à la rivière permettra de recevoir les différents aliments tout en permettant les échanges entre les différents individus. Un bassin de rétention des eaux se retrouve en dessous de cette place publique afin de recevoir l’eau en cas d’inondations ou de fortes pluies. Cela permet au sol de respirer et de laisser la nature grandir sous nos pieds. Le site se compose ainsi de quatre pavillons; le pavillon de préparation, le pavillon de production, le pavillon de vente et le pavillon d’échange.

 

L’éponge villageoise est un projet qui positionne les relations humaines au premier plan. La communauté, les échanges et la participation citoyenne à travers l’alimentation permettent aux Rigaudiens et Rigaudiennes de retrouver un sentiment d’appartenance envers la ville et les gens qui y habite. Ainsi, mettre de l’avant un centre de l’alimentation permet de souligner cette force au sein même du cœur de la ville.

[1] Radio-Canada, 18 juin 2019, « Près de 60 % de la nourriture produite au Canada est gaspillée, selon un rapport », https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1147385/gaspillage-nourriture-poubelle-second-harvest

 

[2] Le journal de Montréal, 7 octobre 2021, « Il faut s’attaquer à l’insécurité alimentaire », https://www.journaldemontreal.com/2021/10/07/il-faut-sattaquer-a-linsecurite-alimentaire