RÉSEAU D'ÉCHANGES

Les Habitations le Domaine

Bianca Addesa

RÉSEAU D’ÉCHANGES pour les habitations Le Domaine

 

Espace de valorisation des ressources matérielles et sociales d’une communauté défavorisée, pour un milieu de vie inclusif dans Mercier-Ouest.

 

Avec la présence d’activités industrielles lourdes dans Longue-Pointe, les secteurs résidentiels enclavés sont aux prises avec d’importants enjeux de mobilité. La prédominance des surfaces de stationnement, héritage d’une conception urbaine en fonction de l’automobile, cause de nombreuses nuisances sur la santé physique et mentale des occupants, en plus de contribuer aux ilots de chaleur urbains et à la fragmentation du territoire.

 

Le complexe de 111 immeubles de logement social des Habitations Le Domaine, situé au cœur de Longue-Pointe et construit dans les années 50, est un ensemble monotone et homogène qui témoigne de l’époque de sa construction. Le projet proposé s’inscrit dans une proposition d’ensemble qui vise la réhabilitation et le développement du logement social au sein de ce complexe.

 

L’intégration architecturale du projet propose à la fois une densification du territoire et une amélioration des services à la communauté grâce à l’introduction du réseau d’échanges suivant les principes de la mutualisation. Une revalorisation des ressources matérielles et sociales permettrait à cet « écosystème fragile » [1]   composé d’une population vieillissante, de personnes vivant seules, de jeunes familles et de nouveaux immigrants de développer un pouvoir collectif en misant sur un partage de connaissances et sur leur mixité culturelle et intergénérationnelle.

 

Pourquoi promouvoir les échanges ? Le partage des biens et les échanges relationnels peuvent contribuer au développement d’un milieu de vie qui favoriserait l’inclusion et le sentiment d’appartenance au sein de cette communauté très diversifiée. Les opportunités de rencontres intégrées à la proposition architecturale par le café communautaire, la boutique, les ateliers de création et les logements intégrateurs, aspirent à aider les résidents à tisser des liens entre voisins et, ainsi, à briser l’isolement et la solitude. L’instauration d’une économie circulaire au travers des 2000 résidents actuels permettrait de donner une deuxième vie aux objets tout en répondant aux besoins évolutifs des familles. En plus de lutter contre la surconsommation, la démarche rejoint les principes de la décroissance soutenable en misant sur le partage et le développement durable d’une communauté en contexte de crise climatique.

 

Le projet propose alors une mise en valeur de tout le potentiel du site en intégrant des espaces pour que tous les résidents s’y sentent chez eux, entre eux. En devenant un pôle d’échange à l’échelle du quartier, il vise à devenir un lieu attracteur, rassembleur et intégrateur. Par une proposition architecturale sensible aux particularités du territoire et de ses habitants, le projet souhaite encourager l’implication citoyenne, valoriser la création d’emplois pour la main d’œuvre locale et bonifier l’offre de services du quartier. Le pôle d’échange vise par-dessus tout à favoriser l’autonomisation et contribuer quotidiennement au bien-être des résidents du Domaine.

1/40